RENDRE AUX ARBITRES LE RESPECT DES SPORTIFS

Comme le martèlent les commissaires techniques lors des formations d’éducateurs, la valorisation, c’est la clé ! L’action d’Aux stades Citoyens, visant à mettre en place de protocoles de Fair-play pour applaudir les arbitres avant le match par les joueurs, est un sérieux atout pour valoriser le rôle de l’arbitre et témoigner de son importance au cœur du jeu. Lors du tournoi de la Kids Cup le 16 mai dernier à la Paris Foot Week, les éducateurs de l’AEF 93 ont organisé cette haie d’honneur au profit de celui qui détient entre ses mains l’issue de la rencontre.

 

Sans règles pas de jeu
Sans arbitres pas de matchs
Sans arbitres pas de sport !

 

A l’image de la course d’orientation, l’arbitre doit s’arrêter net après une course pour prendre une décision, puis repartir aussitôt après l’avoir faite accepter pour être prêt à effectuer d’autres constat. En plus d’être celui qui courre le plus sur le terrain, c’est aussi celui qui y réfléchit le plus.

 

L’arbitrage est une discipline sportive à part entière,
il doit donc être pratiqué avant même d’être enseigné.

kids cup (4)b

 

Ainsi au Club des Petits Anges, une équipe se monte autour du projet Devenir arbitre pro, permettant à des jeunes du club des Petits Anges de 13 à 18 ans d’arbitrer les rencontres officielles des plus jeunes de 8 à 13 ans, ceci en garant toujours 3 ans de différence d’âge entre les arbitres et le joueur. Et on l’a vu ce week-end lors des rencontres entre les équipes de la Fiveacademie, durant ce tournoi. Lors de la finale, l’arbitre avait 16 ans et s’expliquait sur ses choix à un autre de 12 ans qui lui avait pourtant deux têtes de plus que lui. C’est toujours l’aplomb, la personnalité et l’expérience qui permettent de conserver le contrôle de la situation, bien le plus précieux qui puisse exister pour un arbitre durant une rencontre.

 

kids cup (4)b

 

Au lieu de faire pratiquer directement les jeunes et les plus jeunes, on préfère répéter inlassablement que l’arbitre est sacré. On fini par en oublier le principal : c’est l’adversaire qui est sacré ! En respectant l’adversaire, les joueurs n’auront plus besoin de respecter l’arbitre, ils se contenteront de jouer.

 

kids cup (4)b

 

Comment peut on demander à un adulte de respecter un arbitre alors qu’il n’en a jamais connu lorsqu’il était jeune? Le principe même de ce projet répond aux problématiques engendrées par cette question :

 

Plus d’officiels sur les terrains,

Moins d’ignorance dans les vestiaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *