MODÉLISER LA SUSCEPTIBILITÉ DU MARCHÉ DIRIGEANT

SOMMAIRE

1. Adaptation du modèle économique à la cartographie des métiers

  • Cartographier les métiers de son entreprise
  • Connecter les API
  • Adapter ses requêtes à la demande du marché

2. Construction hyperconfidentielle du circuit des offres cachées

  • Suivre la vie d’une offre d’emploi
  • Ouvrir méthodiquement son marché privé
  • Automatiser ses méthodes de travail sans logiciels

3 Connexion systématique de la richesse communautaire sur le marché ouvert

  • Transformer son équipe en communauté
  • Apprendre à perdre le contrôle de sa communication
  • Ouvrir son marché sur les réseaux ouverts

1. Adaptation du modèle économique à la cartographie des métiers

Cartographier les métiers de son entreprise

Un directeur financier chez Carrefour ne sera pas le même que celui d’AXA, il ne feront pas le même métier… pourtant sur la fiche de poste les termes employés seront sensiblement identiques. L’évolution d’une offre d’emploi se résume donc à une cascade de copiés-collés entre métiers et compétences. Ce phénomène trompe les postulants et ne favorise pas leur accès à l’emploi, encore moins leur bonne intégration dans le poste.

Cette cartographie des métiers en entreprise répond à la cartographie des compétences pour les candidats

interview-500

Exemple d’une cartographie des métiers réalisée sur les managers du Ministère de la Défense

Chaque entreprise doit être à même de définir, à l’intérieur de ses processus en vigueur, la valeur des métiers qui s’y réfèrent. Entreprises différentes, métiers différents ; la culture d’entreprise en est le vecteur principal. La richesse et la diversité des métiers de la logistique ont dues être décortiquées et triées pour trouver environ une vingtaine de métiers correspondant aux compétences des officiers de la Défense sur plus d’une centaine de métiers répertoriés par les outils de recherches sémantiques.

Connecter les API

Une API, pour faire simple, permet de connecter les bases de données entre elles, sans voler le code complet de votre partenaire. Exemple, lorsqu’on se connecte à Air BnB avec ses identifiants Facebook, on utilise une API; Facebook confirme la validité de vos identifiants, mais ne permet pas à Air BnB d’accéder à toutes les informations de votre profil, encore moins de publier en votre nom, ni même d’accéder aux restes de la base de données Facebook.

Les API sont partout et nous facilitent la vie

L’avantage, c’est ne ne pas multiplier les mots de passes. Autre avantage, c’est de ne pas avoir à rendre compatibles tous les codes existants entre tous nos outils du quotidien, aujourd’hui si différents mais pourtant si pratiques (Office, Linkedin, Iphone, Google,…). Finalement les géants d’internet s’adaptent à notre environnement, et non l’inverse.

Pour aller plus loin dans cet échange d’informations, les bases d’emploi comme celles de Pole Emploi sont interrogeables et leurs résultats malléables à merci. Pour notre part, à la Mission de Reconversion des Officiers (Ministère de la Défense), nous avons choisi Jobfeed, qui analyse sémantiquement 20 Millions d’offres par an issues de plus de 17 000 sites internet. Cette opération revient à “customiser” au profit des demandeurs d’emploi la spécificité de leurs recherches, orientée plutôt vers le challenge et le niveau de responsabilité.

api-jobfeed3

Rester 25 ans dans une boutique, dans un ministère, un groupe ou une PME formatera professionnellement l’individu à l’image de son employeur, qu’il accepte ou qu’il le rejette : c’est un fait.

Adapter ses requêtes à la demande du marché

Retour sur les directeurs financiers d’AXA et de Carrefour : ils sont le produit d’une culture d’entreprise, et le commissaire financier d’une base de Défense n’y fait pas exception. Il faut redéfinir son métier en oubliant sa fiche de poste pour se concentrer sur son cœur opérationnel et le développement personnel de ses compétences professionnelles. Surtout sur les postes de management, l’approche personnelle de l’emploi doit être prise en compte au même niveau que la somme de ses compétences.

Le management ! C’est un sujet trop sérieux pour être laissé à des professionnels

“Engagez une personnalité, développez les compétences”
Il faut dire que l’inverse est un peu plus compliqué !

Indexer ses recherches à une cartographie, à l’opposé d’une recherche basique avec mots-clés, permet d’anticiper l’évolution des métiers. En effet, lorsqu’on recherche de manière traditionnelle avec mots-clés, le métier est figé. Exemple : si on cherche un travail avec le terme “communication” ou “marketing”, on risquera de passer à coté du nouveau métier qu’est devenu celui de “Community manager”, et à contrario, on risquera de le retrouver dans les résultats d’une recherche sur le mot-clé “Management”. Or, avec une élaboration cartographique bien ficelée, les robots indexeront ce nouveau métier à un groupe comme celui de la « communication marketing » et vous permettra de voir ce métier apparaître dans vos recherches.

2 Construction hyperconfidentielle du circuit des offres cachées

Suivre la vie d’une offre d’emploi

Historiquement, les outils de communication sont la chasse gardée des gestionnaires du personnel. En effet, les “copies cachées” (Cci) sur Outlook et le suivi des vacances sur Facebook sont des leviers de décisions très puissants pour le recrutement ou autres sanctions disciplinaires. Toujours à la pointe, le DRH qui a su maîtriser ces ces outils avant les autres a pris son temps d’avance pour faire évoluer son entreprise, en recrutement, gestion, mobilité comme pour le reclassement.

La circulation paramétrée au millimètre d’une offre confidentielle est un équilibre à respecter pour permettre d’effectuer rapidement un recrutement de qualité

Exemple du parcours d’une candidature d’un officier en transition dans notre agence d’outplacement (MRO) avec www.damaaas.fr

Sur une offre dite « dirigeant » ou « cadre », le circuit sera d’autant plus sensible que la susceptibilité des intéressés, ou la visibilité par les entreprises concurrentes, risquent de mettre à mal le recrutement envisagé, voire l’ensemble de la chaîne d’organisation par ricochet. Il s‘agit donc de redoubler d’effort pour faire connaître une offre à ceux qui ont à en connaître sans prendre le risque de recevoir des milliers de candidatures qui prendront un temps précieux à traiter… ce temps si utile au recrutement !

Ouvrir méthodiquement son marché privé

A l’heure des réseaux-sociaux et des objets connectés, c’est maintenant la donnée partagée qui gagne en valeur, et non celle jamais divulguée. Partager sa valeur est un gage d’innovation : cette posture, certes risquée, permet de se poser en référent dans son secteur d’en saisir les évolutions avant mêmes qu’elle ne soient dévoilées.

“Ton secret c’est ton sang, si tu le donnes entièrement”…. Tu en recevras d’autres !

Fabien Siguier, DRH de Valéo, partage la vision de son entreprise sur Linkedin

Modéliser le parcours d’une offre, c’est lui donner la vie :

  1. Je n’ai pas trouvé mon remplaçant en interne, donc j’actionne le réseau oral de mon entreprise. 
  2. Je n’ai toujours personne pour le poste, j’actionne mon premier cercle par mail qui diffuse un semblant d’offre aux réseaux d’anciens de l’entreprise, de l’école comme des corporations diverses (dont nous, pourvoyeurs d’officiers, faisons partie).
  3. Enfin, toujours bredouille, j’envoi mon annonce dans les “jobboards” qui m’entourent, au risque de ne plus pouvoir la retirer et attirer n’importe qui… un aveu d’echec.

Face à cette crise, peut-être qu’un réflexion autour de la fiche de poste et une cartographie du besoin s’imposent, il peut simplement être mal défini à l’origine. Mais d’autre solutions sont envisageables, bien-sur beaucoup plus techniques.

Plus un outil est complexe dans l’agilité de son élaboration, plus il est souple et pratique pour l’utilisateur final. Un bon outil est un outil qui ne se voit pas.

Automatiser ses taches sans logiciels

Le mail, cet outil qu’on adore détester… c’est tellement simple d’appuyer sur « Envoyer » en pensant que le travail va être fait, mais tout aussi frustrant de voir 150 mails en absence à trier sans avoir conçu de vrais filtres de qualité… Sans parler du « cordialement » qui un jour rendra son dernier souffle.

Exemple d’automatisation dans une agence d’outplacement

Les processus métiers varient peu selon les secteurs d’activité

Si on sépare en horizontal ses interlocuteurs quotidiens par silos, on en trouvera finalement seulement 4 ou 5. Si ensuite, par interlocuteur, on construit de manière verticale l’ensemble des taches échangées avec chacun d’entre eux, là encore on pourrait déterminer seulement 4 ou 5 échanges structurant un processus d’entreprise selon bien-sur son domaine d’emploi fonctionnel. Au total à peine un vingtaine de taches composent votre quotidien professionnel… et dire que certains cadres finissent en burn-out ! C’est pour moi la faute du DSI.

Le mail est désuet, obsolète, mais reste la seule croyance en vigueur : l’innovation, c’est adapter à son activité les modèles d’un autre secteur.

La transformation digitale s’adapte à tous les modèles

Ces taches répétitives peuvent se traduire miraculeusement par des mails automatiques avec des boutons intégrés (oui ou non, date ou lieu, formulaire pré-rempli) facilitant ainsi la mission des opérateurs, à l’image des télé-marketeurs qui nous harcèlent au téléphone pour nous vendre des abonnements.

Inutile de préciser le temps gagné par ce type de produits, à moindre coût. Il est aujourd’hui possible de digitaliser l’ensemble de son process métier pour plusieurs milliers d’euros par an, en ligne et sans logiciel, des miettes pour un budget global de fonctionnement. L’important n’est pas l’argent, mais surtout le bien-être au travail. Un travailleur sera cent fois plus productif et agréable avec ses collègues s’il n’a pas 50 mails a traiter entre la machine à café et son premier rendez-vous.

3 Connexion massive de la richesse communautaire sur le marché ouvert

Transformer son équipe en communauté

Une communauté est une réunion d’une offre et d’une demande, elle est donc par nature sensible, plus sensible qu’une équipe de travail, qui elle doit être soudée face à l’adversité. Encore une question de sémantique : depuis peu les subordonnés sont devenus des collaborateurs, les managers des leaders et les services des équipes, impliquant donc cette notion de défi, de cohésion et de concurrence sportive, celle qui est saine et repousse les limites de l’innovation.

L’innovation de WordPress (25 % du web, et bien-sur la meilleure partie), c’est d’avoir rangé tout le contenu d’un site en base de données. Ainsi, en vous inscrivant au site (pour un événement, un formulaire, une adhésion), vous créez un profil à votre nom, ce qui vous permet de devenir une partie intégrante de votre communauté, votre annuaire, votre base de données.

Un extranet est un espace réservé sur internet : c’est tout ce qu’il faut pour conduire un projet et transmettre une vision

WordPress, où comment construire des Ferrari en pièce détachées sans être mécanicien

L’annuaire, ça à l’air simple, mais c’est une plaie pour l’informaticien et un casse-tête pour toute la direction. Il n’est jamais à jour, jamais accessible au bon endroit, souvent en doublon avec un autre, ce qui ne permet pas de trier efficacement, ni de faire ressortir les bonnes informations. Il est évident qu’une bonne communauté est une communauté qui vit, avec des informations mises à jour par les intéressés eux-mêmes, évitant ainsi les taches répétitives des agents administratifs (les portes du Paradis leurs sont déjà ouvertes).

Apprendre à perdre le contrôle de sa communication

Les entreprises et les administrations publiques ont mis beaucoup de temps avant d’investir les réseaux-sociaux. Ils ont réagi au lieu d’agir. Lors d’une rencontre réseau sur le “Community Management”, organisée en 2012 par le cabinet The Persuaders, Laurent Vimont, patron de Century 21, m’a confié : « il y a plusieurs années un ami m’a montré Facebook en me disant que c’était une source inespérée de clients potentiels, alors j’ai foncé ». J’avais a faire à un spécimen de manager, ceux qui n’ont pas peur d’essayer, ceux qui ont le nez et les oreilles vers les sirènes du changement. La plupart des dirigeants, à l’image d’un colonel qui commande son régiment, ont attendu d’être alertés par les voies classiques de subordination qui leur remontaient ainsi l’information: « on parle de l’opération dans un forum internet », « un groupe au nom du régiment à été créé sur Facebook ».

Celui qui livre des bons produits réalisés par des employés convenablement considérés peut se dispenser de contrôler sa communication.

ça, c’était après que personne n’y comprenne rien !

Aujourd’hui SFR est sur Twitter pour dépanner techniquement ses client, Total explique son système de cartes essence sur sa Page Facebook, mais c’est par défaut. Ils n’y seraient pas si les clients mécontents ne l’avaient pas investis avant.

Il faut donc apprendre à ne plus contrôler sa communication, car de toute façon elle n’est plus contrôlable; tout le monde parle de tout partout et la personne la moins importante d’une entreprise peut provoquer sa chute en moins de 140 signes. Dans l’Armée on appelle ça le “caporal stratégique” : j’ai vu en Afghanistan des soldats français publiant la veille, tout innocemment sur leur mur Facebook, le nom du village qu’il allaient inspecter le lendemain (à la longitude près). C’est inexcusable mais compréhensible, le monde change mais pas les dirigeants. La stratégie reste certes leur zone de manœuvre, mais ils savent qu’ils n’ont pas la main sur ce qui se dit sur eux, et les réseaux les fuient comme une savonnette dans une baignoire : vers Snapchat, Whatsapp, Telegram… bref c’est un peu comme la dualité entre la nature et la culture : “il faut faire avec”, disait Kant dans ses traités de pédagogie… Le plus important est d’en être conscient de bien traiter ses collaborateurs pour éviter le retour de bâton virtuel : la discipline commence surtout dans le partage de la confiance.

Ouvrir son marché sur le monde

Une fois le socle communautaire renforcé, il est indispensable de le faire rayonner afin d’asseoir sa notoriété. Briller grâce à la compétences de ses employés permet ensuite de s’inscrire comme influence dans son secteur professionnel… quitte à les laisser partir. J’ai souvent entendu, lors de certains cours donnés à des responsables de services qui souhaitaient exposer leurs collaborateurs sur Linkedin, cet phrase si chère à la crainte des méthodes nouvelles : « et s’ils s’en vont tous ? » Ma réponse était toujours la même, machinale : « Et bien vous en recruterez des meilleurs ».

Les balises qu’on pose pour émettre sont les mêmes qu’on utilisera pour recevoir

A quoi sert de construire une communauté si elle ne met en valeur l’image de l’entreprise?
« Une équipe, ça se renforce ».

  • Si vous gardez toujours les mêmes, vous serez inévitablement doublés par la concurrence
  • Si vous changez tout le monde, vous perdrez votre identité et votre culture d’entreprise.

Il est donc nécessaire, en utilisant des API par exemple, de connecter votre communauté à celles qui existent déjà ailleurs, sur Twitter, Linkedin, Facebook, ou tout autre vecteur permettant de développer votre activité.

Ainsi, en utilisant l’image de votre entreprise, vos collaborateurs développerons leur réseau, et grâce à ce réseau développé, enrichiront l’entreprise en dénichant de meilleurs prestataires, en recrutant des profils correspondants aux projets futurs, ou en restant tout simplement connectés à votre secteur et à l’affût des moindre évolutions qui l’agitent.

Avec cette complémentarité entre la richesse des compétences mises en avant par ses collaborateurs, et l’ouverture méthodique de ses offres confidentielles aux cadres en transition et mobilité, on couvre ainsi toute la sphère décisionnelle du marché dirigeant en matière de recrutement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *